Le sénateur Michel Amiel quitte En marche ! à cause du 49.3, dénonçant le « cynisme et l’incompétence politique »

Le recours au 49.3 « un samedi soir en pleine période d’épidémie de coronavirus, presque en catimini (…) crée un véritable malaise entre l’exécutif et les gens » a-t-il fait valoir.

Le Monde avec AFP Publié le 01 mars 2020 à 20h05 – Mis à jour le 02 mars 2020 à 10h49

Le sénateur des Bouches-du-Rhône Michel Amiel a annoncé dimanche 1er mars qu’il quittait La République en marche, après la décision du gouvernement de recourir au 49.3 pour faire adopter le projet de réforme des retraites par l’Assemblée nationale.

« Il y a eu une succession de maladresses très très défavorables à une action gouvernementale fluide », a déclaré l’élu, également candidat aux municipales aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), dont il a été le maire jusqu’en 2017. « Le fin du fin, c’est le 49.3, un samedi soir en pleine période d’épidémie de coronavirus, presque en catimini », a-t-il poursuivi. « A un moment donné, la forme est indissociable du fond, et ça crée un véritable malaise entre l’exécutif et les gens », a-t-il fait valoir.

Des départs à l’Assemblée

Dans un communiqué, il dénonce par ailleurs une décision qui relève « du cynisme et de l’incompétence politique ». « Un bon débat parlementaire » aurait, selon lui, permis d’améliorer le projet de réforme des retraites.

Selon le ministre chargé des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, interrogé sur BFM-TV, « M. Amiel avait annoncé il y a presque un mois, qu’il souhaitait quitter le groupe LRM ». « Ce n’est pas la peine (…) de se cacher derrière des éléments d’actualité pour essayer de se justifier d’un départ d’un groupe », a-t-il fait valoir.

Plusieurs députés ont pris une décision semblable ces derniers mois, comme Valérie Petit (Nord), qui n’avait pas obtenu l’investiture à Lille, ou Annie Chapelier (Gard), qui, de son côté, ne se reconnaît « plus en rien » dans le mouvement macroniste, mais reste apparentée au groupe majoritaire. A l’Assemblée, le groupe LRM a enregistré depuis le début de la législature en 2017 une dizaine de départs secs et quelques passages de membres à part entière à apparentés.