Le 3 avril dernier, le Sénat a examiné la proposition de loi portant diverses dispositions relatives aux mentions et signes de la qualité et de l’origine valorisant les produits agricoles ou alimentaires.

Son article 3 concerne la question délicate de l’étiquetage de l’origine des miels. En effet, la réglementation européenne, peu respectée, pouvait induire le consommateur en erreur, lui faisant penser qu’il achetait du miel d’origine française, alors qu’il s’agissait d’un mélange contenant, par exemple, 2% de miel français et 98% de miel chinois. En 2017, quelque 20.000 tonnes de miel ont ainsi été produites en France, tandis que 35.000 tonnes étaient importées de Chine, d’Ukraine, d’Allemagne, d’Espagne ou d’Argentine, sans qu’aucune indication du pays d’origine n’apparaisse sur les étiquettes. Ce sont souvent des tests effectués par des associations qui ont permis de constater du miel artificiel, mêlé à du sucre voire de l’eau pour augmenter son volume.
L’article adopté prévoit que, désormais, en cas de mélange de miels en provenance de plusieurs pays, l’étiquette du pot indique la liste de tous les pays d’origine, en toutes lettres, et par ordre décroissant d’importance.
Un amendement prévoit également que le producteur puisse mentionner une indication ayant trait à l’origine florale ou végétale, ainsi qu’à une origine régionale, territoriale ou topographique.
L’article a enfin été enrichi d’une définition du miel claire et conforme au droit européen, afin de nous prémunir contre les produits falsifiés : « Le miel est la substance sucrée naturelle produite par les abeilles à partir du nectar de plantes ou des sécrétions provenant de parties vivantes des plantes ou des excrétions laissées sur celles-ci par des insectes suceurs ou de miellat, qu’elles butinent, transforment en les combinant avec des matières spécifiques propres, déposent, déshydratent, entreposent et laissent mûrir dans les rayons de la ruche. »

Ces mesures étaient légitimement attendues par nos producteurs, qui, déjà frappés par la diminution du nombre de leurs abeilles, subissaient une concurrence déloyale.
Dans un souci de transparence et de bonne information des consommateurs, elles permettront de mettre en valeur l’excellence de notre filière apicole dans l’ensemble de nos territoires.