Au cours de cette audition, M. Delarue a fait l’inquiétant constat que la Protection judiciaire de la jeunesse n’a pas de stratégie par rapport aux Centres éducatifs fermés, alors qu’une forme de cohérence d’un établissement à l’autre est évidemment souhaitable.

Je l’ai également interrogé sur la possible réécriture  de l’ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante.