Les échanges ont notamment porté sur la récidive et l’éventuelle refonte de l’ordonnance de février 1945 relative à l’enfance délinquante.