Lors de cette audition, j’ai posé la question de l’impact de la loi Claeys-Leonetti relative à la fin de vie en matière de prélèvement d’organes. J’ai également demandé si l’intelligence artificielle utilisée dans le don d’organes avait fait l’objet d’une réflexion éthique.