Ce soir, lors de mon dernier conseil municipal en tant que maire des Pennes-Mirabeau, j’ai prononcé ce discours :

 

Chers amis,

André Gide disait : « Choisir, c’est renoncer ».

Pour respecter la loi sur le cumul des mandats, j’ai décidé, après plus de vingt ans d’exercice de mes mandats locaux, de me consacrer à mon mandat de sénateur qui, je ne vous le cache pas, me passionne par les sujets abordés, en particulier dans mes domaines de prédilection, dont la santé publique, la protection de l’enfance, mais aussi les lois concernant nos territoires.

Ainsi, je resterai membre du conseil municipal de la ville des Pennes-Mirabeau et, de ce fait, garderai un œil vigilant sur les affaires de la commune. A ce titre, je ne manquerai pas de donner mon avis lorsque je le jugerai nécessaire.

Je souhaite toutefois mettre les choses au clair : je ne me représenterai pas aux élections municipales de 2020.

Beaucoup me diront qu’un homme politique ne doit jamais dire qu’il ne se représentera pas. Cependant, dans mon cas, mon choix a été mûrement réfléchi.

En effet, je crois profondément en la nécessité d’un renouvellement en démocratie et, à titre personnel, je ne me suis jamais considéré comme un professionnel de la politique.

J’ai eu la chance de mener de front une carrière professionnelle et une carrière politique : en 2020, il sera pour moi temps de passer la main.

Sans fausse modestie, je suis fier de mes réussites ou, plutôt, de nos réussites car elles sont avant tout le fruit d’un travail collectif avec les équipes que j’ai pu diriger depuis toutes ces années.

Aussi, le plus beau compliment que l’on puisse me faire est de me dire que l’on affirme le désir de continuer à vivre aux Pennes-Mirabeau, ou de vouloir y revenir lorsqu’on s’en est éloigné pour tel ou tel aléa de vie.

Car il faut bien l’avouer, le plus difficile aux Pennes-Mirabeau, reste de se loger. Aussi, dans la mesure où 50% de la population est éligible au logement social, j’ai mis en place une politique de mixité urbaine pour faire en sorte que chacun, selon ses moyens, puisse trouver à se loger dignement.

Cela étant dit, je suis bien conscient que cette question du logement, du moins aux Pennes-Mirabeau, suscite une contradiction en chacun d’entre nous, tiraillés que nous sommes entre la volonté de vouloir continuer à vivre dans les villages qui constituent les Pennes-Mirabeau tout en voulant que nos enfants et petits-enfants puissent y vivre.

De ce fait, j’ai tout au long de mon mandat essayé de trouver un point d’équilibre.

Cela s’est traduit dans les faits par un contrat de mixité sociale, âprement négocié avec Monsieur le Préfet et ses services, contrat qui a pris en compte les particularités urbaines et sociologiques de la commune, en maintenant notamment nos « poumons verts ».

Ces poumons verts, je ne peux les évoquer sans émotion, tant l’incendie du 10 août 2016 fut un terrible traumatisme pour la commune. Suite à ce drame, nous avons travaillé tous ensemble, dans l’urgence tout d’abord, puis dans la reconstruction pour faire en sorte de continuer à vivre normalement.

Mais ne nous leurrons pas, il faudra des années pour que les cicatrices s’estompent, qu’elles soient aussi bien matérielles qu’immatérielles.

Le dernier point que je voudrais aborder concerne les changements profonds qui affectent la vie politique de notre pays.

Dans un contexte où le débat idéologique tend à disparaître, où les leaders politiques suivent les peuples plutôt que de les guider, ouvrant tous les possibles à la démagogie et au populisme, dans ces temps troublés où l’économie prend le pas sur le politique et où la révolution numérique privilégie la réponse immédiate plutôt que la réflexion, sans doute assistons-nous à l’émergence d’un monde nouveau qui, peut-être un peu trop rapidement, pratique le « dégagisme » en politique.

Au moins aurais-je eu le mérite de jouer un rôle de relais entre ces deux mondes, celui d’hier et un monde nouveau, avant  de partir moi-même. Ce constat, je le dresse sans regrets ni amertume.

Ma chère Monique, le moment est venu pour moi de te transmettre le pouvoir.

Tu sais bien à quel point il relève plus du devoir que des droits et combien, parfois, on est seul quand il faut prendre certaines décisions. Je ne te ferai pas l’injure de vanter tes qualités tant elles sont connues de tous, peut-être faudra-t-il juste te départir de ta courtoisie et de ta délicatesse bien connues quand tu seras attaquée injustement car tu le seras,  comme je l’ai été.

Je connais ton intelligence, je connais ton sens des responsabilités, je connais ta pondération.

Je sais que nous continuerons tous à œuvrer pour le bien-être de la population des Pennes-Mirabeau.

Je te souhaite du courage, de la détermination, et tu pourras toujours me trouver à tes côtés si besoin.

Voilà ce que je voulais vous dire en quelques mots : j’ai été un maire heureux, heureux de servir ma ville pendant plus de vingt ans, mon département les Bouches-du-Rhône et enfin mon pays, la France.

Une fois encore, je voudrais vous dire merci.

Merci à tous mes élus qui m’ont aidé à construire et à réaliser nos programmes.

Merci aux fonctionnaires de l’État, de la région, du département, bien sûr les fonctionnaires communaux, mais aussi les opérateurs privés avec qui nous façonnons au mieux notre territoire

Et merci surtout à vous, Pennois, qui m’avez toujours donné votre confiance.

Pétrarque, grand poète italien, provençal d’adoption disait : « J’aimerais jouir de ma vieillesse et mourir au port après avoir vécu parmi les tempêtes. »