Question écrite n°20478 publiée dans le Journal Officiel Sénat du 10 mars 2016

M. Michel Amiel attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire à propos de l’attribution de la médaille militaire aux anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie.

Alors que le taux de représentation des anciens militaires ayant combattu en Afrique du Nord atteint 93 % des candidatures pour la médaille militaire, et malgré un accroissement de celles-ci chaque année, le nombre d’attributions actuel ne permet pas de répondre aux sollicitations ni de réduire les dossiers en attente.

Les anciens combattants sont partie prenante du lien fort entre la Nation et son armée, et de fait de notre mémoire collective. Il lui demande donc sa position sur la possibilité d’augmenter le contingent annuel d’attribution de la médaille militaire afin de permettre la reconnaissance des anciens combattants d’Afrique du Nord de leur vivant.

 

Réponse du secrétaire d’État, auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire, publiée dans le Journal Officiel Sénat du 1er septembre 2016

Instituée par un décret du 22 janvier 1852, la médaille militaire a vocation à récompenser les militaires ou anciens militaires, non-officiers, pour leurs services particulièrement méritoires rendus à la Nation. La concession de cette médaille, qui ne constitue pas un droit, est réglementée et soumise à contingentement. Le contingent est fixé par décret triennal du Président de la République, grand maître des ordres. Ce contingent tient compte de la réalité du besoin mais vise également à préserver la valeur intrinsèque et le prestige de cette décoration, ainsi que l’égalité de traitement entre les différentes générations du feu. Le conseil de l’ordre de la grande chancellerie de la Légion d’honneur y veille strictement et ne retient que les candidats dont elle juge les mérites suffisants. Pour la période 2012-2014, le contingent annuel à répartir entre l’armée d’active et les personnels n’appartenant pas à l’armée d’active, s’est élevé à 3000 croix, conformément au décret n°2012-73 du 23 janvier 2012. Ainsi, au cours de ces trois années, 2500 anciens combattants environ se sont vu concéder la médaille militaire. À ce chiffre s’ajoutent les concessions réalisées au profit des anciens combattants étrangers, soit 150, ainsi que celles accordées aux mutilés qui, pour leur part, ne sont pas contingentées. Il peut être observé que les anciens combattants ayant combattu en Afrique du Nord ont représenté près de 93% des candidatures au titre de ces promotions. Il convient de souligner qu’à l’occasion du renouvellement du décret triennal pour la période 2015-2017, le ministère de la défense a sollicité une augmentation substantielle du contingent de médailles militaires afin de pouvoir récompenser encore davantage les anciens combattants, notamment d’Afrique du Nord. C’est ainsi que le décret n°2015-436 du 15 avril 2015 a fixé le contingent de médailles militaires à 3300 croix pour 2015, 3500 croix pour 2016 et 3700 croix pour 2017, soit un total de 1500 croix supplémentaires par rapport à la période 2012-2014. Cet effort traduit la reconnaissance de la Nation à l’endroit des valeureux combattants qui ont servi la France dans les différents conflits auxquels elle a participé.