Dans la suite de la discussion du texte, j’ai défendu un amendement visant à consacrer le conseil territorial de santé comme un outil essentiel de la démocratie sanitaire. Il s’agissait également d’accorder une place privilégiée à la psychiatrie, tristement sinistrée, par le biais d’une commission spécialisée en santé mentale.